Mobilisation contre la réforme de l’assurance-chômage

Grande manifestation vendredi 23 avril à Paris (14h place d’Italie en direction de la Bastille)
pour l’emploi, la protection sociale et le retrait de la réforme de l’assurance chômage.

Une réforme qui prévoit 2,3 milliards d’économie sur le dos des plus précaires qui alternent chômage et contrats courts, mais également sur ceux et celles qui ont eu un congé maternité, ou maladie, ou été en activité partielle dans les deux années précédentes.

Tracts à télécharger

Tour des mobilisations en France

Le gouvernement Macron s’entête à poursuivre ses fameuses réformes dites structurelles, si chères aux néolibéraux : de la suppression de l’impôt sur la fortune et la flat tax sur les revenus du patrimoine, la réforme du droit au travail, celle des retraites, et maintenant la réforme de l’assurance-chômage … au détriment des plus pauvres, même au plus fort de la crise sanitaire !

Mis à jour le 18 mai 2021 – ajout de l’article du Monde « Les décodeurs »
Des écarts de 1 à 47 selon les bénéficiaires : la réforme de l’assurance-chômage en six questionsLa modification du mode de calcul du salaire journalier de référence, qui détermine le niveau des allocations-chômage, est décriée par les syndicats et de nombreux experts. Lire l’article

Mis à jour le 21 avril 2021 – ajout de l’article de Bastamag.
Effondrement des indemnités, reprise d’emploi découragée : les aberrations de la réforme de l’assurance chômageLa réforme de l’assurance chômage a été remise sur les rails, et devrait s’appliquer à partir du 1er juillet. Des dizaines de milliers de personnes vont perdre une grande partie de leur allocation chômage. D’autres n’y auront plus accès. Lire l’Article

Emission À l’air libre ! de Médiapart « cette réforme, c’est la fin de l’indemnisation chômage »

Cette réforme de l’assurance-chômage (RAC) est une véritable déclaration de guerre sociale, en remettant en cause les droits et protections des plus pauvres, ceux qui ont perdu leur emploi.

Cette réforme intervient dans un contexte de séisme social, tous les indicateurs indiquant une nouvelle vague considérable de chômage qui va submerger la France.

  • L’Unedic, le régime de l’assurance-chômage, prévient que fin 2021, « on constaterait 230 000 destructions d’emplois salariés »
  • l’AGS, le régime de garantie des salaires (géré par le patronat) établit ce constat sans appel : « Toutes les prévisions économiques annoncent un risque de multiplication des dépôts de bilan en 2021, lorsque les différentes mesures de soutien seront progressivement arrêtées ».

Une baisse des allocations dès le 1er juillet

1,15 million de personnes sont potentiellement concernées, la première année d’application, par la baisse des allocations à l’ouverture de droit, avec une baisse de l’indemnité journalière qui sera de 17 % mais pourra, dans certains cas, dépasser 40 %, selon une étude d’impact de l’Unédic.

En effet, le premier volet de la réforme doit s’appliquer dès le 1er juillet, avec la mesure la plus brutale, modifiant le mode de calcul du salaire journalier de référence (SJR) qui définit le montant des allocations-chômage : la nouvelle règle inclut l’ensemble des périodes d’activité et d’inactivité jusqu’à deux ans en arrière, au lieu de partir d’une moyenne des salaires perçus les jours travaillés pendant un an.

Le conséquences désastreuses, notamment sur les précaires ayant eu une carrière fractionnée, ont été soulignées par les services de l’Unédic et le sociologue Mathieu Grégoire :

« Après une première annulation par le Conseil d’État, en décembre 2020, le gouvernement a décidé de relancer sa réforme de l’assurance chômage. Mais, alors que le Conseil d’État dénonçait des inégalités de traitement allant « du simple au quadruple », l’analyse de cas-types montre que, dans la version de 2021, l’indemnisation peut encore varier d’un facteur 1 à 24 pour des salariés identiques. » blog de Mathieu Grégoire

Une réforme qui pénalise les précaires et pleine d’incohérences

Non seulement la nouvelle réforme va faire chuter drastiquement les allocations des chômeurs les plus précaires, mais elle va les dés-inciter à accepter des jobs moins bien rémunérés, comme l’ont démontré l’Unedic et le sociologue Mathieu Grégoire. Non seulement la réforme de l’assurance chômage va précariser encore plus les personnes privées d’emploi, mais risque de dissuader certains chômeurs de reprendre un emploi. Bref, une usine à gaz PUNITIVE contre les plus fragiles et ABSURDE si elle est appliquée !

Vendredis de la colère contre la réforme de l’assurance chômage


Nous, occupant·e·s des lieux de culture, affirmons que notre lutte dépasse les revendications du secteur culturel et appelons à la mobilisation générale contre le projet de réforme de l’assurance chômage.
Alors que la gestion de la crise sanitaire empêche des millions de personnes de travailler,
Alors que plus d’un·e chômeur·se sur deux n’est pas indemnisé·e,
Alors que le chiffre historique de 10 millions de pauvres a été dépassé,
Le gouvernement impose une réforme de l’assurance chômage d’une violence inouïe.
Elle appauvrit de façon écrasante les plus précaires d’entre nous.
C’est inacceptable, indigne, obscène.
Nous sommes déterminé·e·s à obtenir son retrait définitif. Nous exigeons que tou·te·s les chômeur·ses soient indemnisé·e·s immédiatement.
Nous appelons tous les vendredis à des journées d’actions coordonnées partout en France.
Pas de réouverture sans droits sociaux pour toutes et tous.

Pour aller plus loin – Références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *