Page du Collectif citoyen de soutien aux éboueurs du Siom, composé d’usagers solidaires qui défendent les conditions de travail et de salaires des éboueurs du SIOM (Syndicat Intercommunal des Ordures Ménagères Vallée de Chevreuse) chargée de la collecte et le traitement des ordures ménagères des 21 communes sur son territoire. Pour contacter le Collectif, écrire à ccses@laposte.net

PÉTITION

Pour un travail digne et durable des éboueurs du SIOM

Texte de la pétition


Nous demandons une action immédiate et transparente du comité syndical du SIOM afin que la société SEPUR, à qui a été attribué le marché de collecte des déchets ménagers et assimilés sur le territoire du SIOM de la Vallée de Chevreuse, s’engage à :

  • cesser les abus d’intérim, qui permettent une emprise absolue de l’employeur sur les salariés ;
  • respecter en tous points (tant le salaire, les primes que tout autre avantage salarial) la convention collective applicable ;
  • embaucher immédiatement en contrat CDI les intérimaires qui ont fait l’objet de plusieurs missions d’intérim ;
  • satisfaire à toutes ses obligations sociales et éthiques pour aboutir à une régularisation rapide des travailleurs sans-papiers mis à disposition de l'entreprise SEPUR par l'intérim.

%%votre signature%%



Collectif Citoyen de Soutien aux Éboueurs du Siom : ccses@laposte.net
255 signatures

Partager avec vos amis:

   

Dernières Signatures
255 Aurélie B. Juil 12, 2022
254 DAVID S. Juin 22, 2022
253 DIDIER M. Avr 08, 2022
252 Sebastien B. Mar 31, 2022
251 Isabelle N. Mar 21, 2022
250 Bernard L. Mar 21, 2022
249 Vincent C. Mar 20, 2022
248 Claudine L. Mar 19, 2022
247 Frédéric B. Mar 11, 2022
246 Bérékia M. Mar 09, 2022

Stickers A4 à télécharger, imprimer et coller sur vos poubelles

Intervention du Collectif au Comité syndical du SIOM le 7 février 2022

Il est à noter le peu de participation des communes adhérentes au Siom Vallée de Chevreuse à ce Comité Syndical du 7 février 2022. Alors que le Conseil Sydical compte 42 délégués titulaires (et autant de suppléants) moins de 50% des délégués étaients présents !

A comparer avec la cinquantaine de personnes venues dénoncer les pratiques douteuses de SEPUR, comme l’utilisation de sans-papiers par l’intermédiaire d’entreprises d’intérim digitales et pointer la responsabilité du SIOM pour avoir confié la collecte et le traitement des déchets ménagers à cette société « low cost » sans scrupule et son inaction devant de tels faits graves.

La déclaration du Collectif a été lue en début de séance par un délégué présent du SIOM.

A ré-écouter …

A télécharger …

SANS-PAPIERS

A LIRE : les derniers articles de la presse sur le trafic des sans-papiers et Sepur

Enquête Huma : Sepur, le choix de l’intérim pour casser les prix – L’Humanité du 23 février 2022

L’entreprise de collecte de déchets redirige ses recrues vers des agences de travail temporaire. Des salariés ayant enchaîné jusqu’à des centaines de missions ont gagné devant les prud’hommes la requalification de leurs contrats en CDI.

Enquête Huma : Chantage et racket contre des éboueurs sans-papiers, nos documents accablants – L’Humanité du 15 février 2022

Alors que des chefs d’équipe de l’entreprise de collecte de déchets Sepur sont visés par des plaintes pour « extorsion », d’anciens éboueurs sans papiers ont accepté de témoigner du chantage auquel ils assurent avoir été soumis. L’Humanité publie les documents qui le montrent.

Droit du travail. Le système Sepur visé par une enquête – L’Humanité 24 décembre 2021

L’entreprise de collecte de déchets est accusée d’avoir employé des étrangers sans papiers, d’avoir recouru abusivement à l’intérim et d’avoir racketté ses salariés.

Les dérapages de la collecte low cost des déchets – Politis 15 décembre 2021

Abus d’intérim, heures non payées, recours à des travailleurs sans papiers… Les méthodes de Sepur, entreprise qui assure le ramassage les ordures pour des centaines de communes, notamment en Île-de-France, illustrent les dérives de tout un secteur...

Travailleurs sans papiers : une enquête vise une entreprise de collecte de déchets – Le Monde 21 décembre 2021

L’inspection du travail a ouvert une enquête sur l’entreprise de collecte de déchets Sepur. Plusieurs éboueurs sans papiers ont par ailleurs porté plainte pour extorsion contre leurs chefs d’équipe...


Suite à la découverte par l’Inspection du Travail d’une quinzaine de travailleurs sans papiers sur le site de Villejust, il a été décidé lors d’une réunion du collectif citoyen de défense des éboueurs du SIOM, d’interpeller les élus-es délégués.es et désignés.es par la CPS pour siéger au Conseil Syndical du SIOM, afin que soit mis un terme aux pratiques néo-esclavagistes de la société SEPUR.

Interview du délégué CGT des grévistes de Sepur, suite à la dernière mobilisation des sans-papiers pour l’obtention du cerfa de la part des employeurs sans scrupules, élément indispensable du dossier pour leur régularisation …

Lire le billet du blog dans Mediapart :
Une victoire pour tou.te.s : la lutte des travailleurs sans-papiers d’Ile de France
Entretiens avec Cheick. C., Hervé Goix et Jean-Albert Guidou

Tract de la CGT pour appeler à la grève à partir du 9 novembre pour obtenir la régularisation des sans-papiers recrutés chez Sepur. Suite à cette action, le ministère du travail a demandé aux préfets de région de lancer les procédures de régularisation.

Revue d’articles sur la grève des sans-papiers à Sepur :

Lire le numéro hors-série de la CGT Interim (pages 4 à 9)

En direct de la grève des travailleurs sans papiers de la SEPUR (Bobigny, 25 octobre 2021)

La société Sepur récidive dans l’emploi illégal de travailleurs sans-papiers

Libération – 15 février 2018

Pourquoi une centaine de travailleurs sans papiers sont en grève depuis lundi

La focalisation médiatique et politique sur les migrants arrivés au cours des derniers mois pourrait faire oublier que des personnes sans-papiers vivent et travaillent en France depuis de nombreuses années. Cent vingt de ces travailleurs sont en grève depuis lundi. Essentiellement subsahariens, ils travaillent en Ile-de-France, dans six entreprises d’intérim, de plats cuisinés, de ramassage de déchets ou encore de livraison de colis, où ont été installés des piquets de grève (1).

(1) Les sociétés concernées sont l’entreprise d’intérim Defi Technology, à Paris XII;

l’entreprise de collecte d’ordures ménagères Sepur à Wissous (Essonne) ;

l’entreprise de distribution de colis Chronopost à Chilly-Mazarin (Essonne) ; l’entreprise de logistique GLS à Roissy (Val-d’Oise) ; l’entreprise de plats cuisinés Event-Thaï à Chevilly-Larue (Val-de-Marne) et l’entreprise de collecte de déchets STLG à La-Queue-en-Brie (Val-de-Marne).

Le Parisien – 18 octobre 2013

Fin de la grève sur le site de Sepur

Après plus d’une semaine de mobilisation, le piquet de grève a été levé mardi sur le site de l’entreprise de propreté Sepur, à Alfortville. Cette grève avait été lancée par 23 salariés sans-papiers de l’entreprise et la CGT, qui les soutient. Ils réclamaient leur régularisation et la possibilité de continuer à travailler, dans l’attente de l’examen de leur dossier. Ils avaient obtenu de la direction de Sepur la signature des documents Cerfa. Les salariés sans-papiers ont obtenu de la préfecture une attestation « mentionnant l’autorisation de travail le temps de l’examen des dossiers selon les termes de la circulaire Valls. »

MARCHÉ SEPUR

COMITÉ SYNDICAL SIOM

rubrique en cours de rédaction …

27 mars 2018 – Délibération prenant acte de l’attribution du marché n°17.016-1 à la société Sepur

marché n°17.016-1 : collecte en porte-à-porte, transport, pesée et déchargement des déchets ménagers et assimilés sur les 17 communes du Siom

ACTIONS EN JUSTICE

rubrique en cours de rédaction …


HISTORIQUE

En grève contre le recyclage à bas prix des salariés

Publié par UD CGT Essonne le 5 novembre 2018

Le SIOM, Syndicat Intercommunal des Ordures Ménagères, regroupe 21 communes essentiellement de l’agglomération Paris-Saclay plus 2 communes des Yvelines.

C’est une délégation de service public gérée par des opérateurs spécialisés dans la déchetterie et le recyclage. Il a aussi la particularité de produire de l’eau chaude pour la zone de Courtabœuf entre autre. Il est dirigé par le maire de Bures sur Yvette Jean-François Vigier…

Lire la suite

février-mars-avril 2019 – La Voix Syndicale n°115 (page 12)

19 février 2019 Basta! – Salaires non payés, nouveaux contrats de travail imposés : les étranges pratiques du « low cost du déchet » par Raphaël Godechot

Des salaires non versés pendant deux mois, l’accès aux locaux fermés, les outils de travail retirés : telle est la sanction qui a frappé les éboueurs du Syndicat intercommunal de la vallée de la Chevreuse, en région parisienne. La petite centaine de salariés avait refusé de signer un nouveau contrat de travail, qui entérinait des baisses de salaires et une dégradation des conditions de travail. Les élus ont leur part de responsabilité : en confiant le marché à un nouveau prestataire, Sepur, considéré comme le « low cost du déchet », ils cherchaient à économiser des centaines de milliers d’euros par an. Enquête... Lire la suite

12/07/2019 – Lettre ouverte envoyée aux maires des communes du Siom

et son annexe …

février 2020 – Le Collectif interpelle les candidats aux élections municipales et communautaires 2020

Autres tracts du Collectif (période 2018-2019)

*** PHOTOS ***

*** VIDEOS ***

5 novembre 2018 – Grève des employés d’un SIOM / Villejust (91)

16 novembre 2018 – Grève du SIOM Vallée de Chevreuse Philippe Martinez en visite / Villejust (91)

Les Vidéos du Petit ZLP

Novembre 2018 – SIOM • LE SERVICE PUBLIC LAISSÉ AUX ORDURES‧ SEPUR et ses contrats-poubelle. Dimanche dernier, les éboueurs du SIOM étaient sur le marché de Palaiseau pour tenir informée la population quant à leurs nouvelles conditions de travail. Depuis 20 jours le ramassage des poubelles est en effet fortement perturbé. En cause, l’arrivée d’un nouveau prestataire qui casse les payes, SEPUR. L’entreprise précarise les contrats des salariés et se fiche que les conditions de travail soient intenables : SEPUR sait qu’elle finira par trouver des employés contraints d’accepter les miettes qu’on leur laisse.Pour les rencontrer : JEUDI 22 NOVEMBRE à 20h à la FAC d’ORSAY AMPHI G1 BAT 450 pour une réunion d’information, ou bien retrouvez-les sur les marchés de votre ville.

Décembre 2018 – ÉBOUEURS DU SIOM • VERS UN 2ÈME MOIS SANS SALAIRE
Réaction de nos élu·e·s : incompétence ou mensonge ? Mercredi 19 décembre a eu lieu un conseil communautaire de la CPS. Toutes les communes étaient représentées. Des réponses étaient attendues par les Eboueurs Villejust et des citoyens concernant la situation de lockout, c’est-à-dire de blocage forcé de leur travail par le nouveau prestataire SEPUR depuis bientôt 2 mois.Mais le conseil a finalement été suspendu suite aux prises de parole du public qui demandaient aux élu·e·s des explications et de prendre position. Comme vous pouvez le constater à l’image, le conseil a ensuite repris. Mais la grande majorité du public est partie, dépitée.Heureusement, nous avons pu parler à Gilles Cordier, conseiller communautaire à la CPS, élu de la majorité à Palaiseau mais surtout élu titulaire au SIOM, à qui nous avons demandé d’éclaircir la situation.On vous laisse juger.

Janvier 2019 – SIOM AU PRUD’HOMMES • VERDICT LE 7 FÉVRIER
« C’est la première étape. » Jeudi 17 janvier, les Eboueurs Villejust étaient au tribunal de prud’hommes de Longjumeau. Leur réaction après l’audience, et retour sur près de 3 mois de conflit avec l’entreprise SEPUR.